Panorama des idées reçues sur la chiropraxie

N°1 – La prise en charge chiropratique

  • Il faut consulter un médecin avant de prendre rendez-vous avec un chiropracteur

    En France, les chiropracteurs sont des praticiens de première intention. À ce titre, il est possible de les consulter sans prescription médicale préalable. Ils sont par ailleurs les seuls praticiens, non-médecins, à avoir le droit d’effectuer des manipulations cervicales, avec vecteur de force, sans certificat médical de non contre-indication.

    Les chiropracteurs disposent d’une formation en anamnèse et en imagerie qui leur permet d’établir un diagnostic chiropratique et de définir si une prise en charge est possible. Découvrir le déroulement d’une consultation

  • Les chiropracteurs ne traitent que les pathologies liées aux dos et à la colonne vertébrale.

    Si les chiropracteurs sont spécialistes de la prévention et du traitement des troubles neuro-musculo-squelettique (TMS), la prise en charge s’étend au-delà des pathologies liées au dos. Un praticien peut en effet être consulté pour de nombreuses douleurs musculaires, articulaires et neurologiques telles que les lumbagos, sciatiques, cruralgies, cervicalgies mais aussi pour des torticolis, céphalées, migraines, vertiges ou encore pour un syndrome du canal carpien, des entorses, foulures et tendinites… Une prise en charge peut également être envisagée suite à un accident, une blessure ou un traumatisme.

  • La chiropraxie ne s’adresse pas à tous les publics

    Une prise en charge chiropratique, qu’elle soit curative ou préventive, est possible à tous les âges et ce quelle que soit la condition physique du patient. Enfants, femmes enceintes, séniors, adultes sédentaires ou sportifs de haut niveau … chaque moment de la vie demande une attention particulière, le chiropracteur établira avec vous un plan de traitement adapté à vos besoins.

  • La chiropraxie n’est pas reconnue

    La formation de chiropracteur, dispensée en France par l’IFEC, est agréée par le Ministère de la Santé et reconnue par le Département Fédéral de l’Intérieur Suisse. L’IFEC est également accrédité par l’ECCE -The European Council On Chiropractic Education-, ce qui permet à ses diplômés d’exercer dans de nombreux pays. En France, les chiropracteurs sont inscrits à l’ARS -Agence régionale de santé- et disposent d’un numéro ADELI. Ce numéro est attribué à tous les praticiens salariés ou libéraux et leur sert de numéro de référence. Enfin, de nombreuses mutuelles prennent aujourd’hui en charge les consultations en chiropraxie. Consulter les agréments de l’IFEC

  • Les chiropracteurs font "craquer les os"

    Lors de certaines manipulations chiropratiques, « un bruit de craquement » peut survenir; il n’est ni systématique ni dangereux. Ces « craquements » n’émanent pas des os mais sont articulaires et bénins. Ils proviennent en réalité d’un échange de gaz entre l’articulation et son environnement. Lors d’une manipulation chiropratique, les ligaments qui entourent l’articulation s’étirent, et laissent sortir des « bulles d’air » naturellement présentes. Le bruit peut parfois être surprenant, surtout dans la région cervicale plus proche de l’oreille interne, mais il n’est ni douloureux ni symptomatique. Néanmoins, si cette idée vous inquiète, vous pouvez en parler avec votre chiropracteur afin qu’il adapte sa prise en charge.