Sport et chiropraxie, la course automobile aussi !

Portrait et interview de Vincent Klingelschmitt 

Alors qu’aux Etats-Unis, la grande majorité des sportifs est suivie en chiropraxie, cette manière d’améliorer à la fois les performances et la récupération n’est pas encore très répandue en France.
Véritable pionnier, Vincent Klingelschmitt, chiropracteur diplômé de l’IFEC en 1990, suit des coureurs automobiles depuis 2003. Il a notamment accompagné Olivier Panis, Simon Jean Joseph, Nicolas Prost, Bruno Senna, Sebastien Buemi, Fernando Alonzo, Sebastien Loeb… Chez Renault, Oréca, Toyota et Citroën pour les courses du WEC, World Endurance Championship et WRC, World Rally Championship

En 2018, Vincent Klingelschmitt a accompagné l’équipe victorieuse des 24 heures du Mans, avec à sa tête Fernando Alonso, premier champion de formule 1 de l’histoire de l’Espagne. Il a inscrit 32 victoires à son palmarès en Formule 1 en 10 ans, entre 2003 et 2013. Le légendaire « Taureau des Asturies », avec ses 300 courses, a donc choisi de faire confiance à un chiropracteur pour l’aider à relever, avec succès, ses nouveaux défis.

Vincent Klingelschmitt et Fernando Alonso, vainqueur des 24 heures du Mans 2018

L’équipe gagnante des 24 heures du Mans 2018

Vincent Klingelschmitt tient la coupe de la victoire au Mans en 2018

  • Qui est Vincent Klingelschmitt ?

    Je m’appelle Vincent Lingelschmitt, j’ai 52 ans et je suis chiropracteur, diplômé de l’IFEC, depuis 1990.

    J’ai enseigné à l’IFEC pendant 25 ans et  j’ai en parallèle un cabinet privé avec ma femme, Valérie, depuis 28 ans. Mon cabinet est situé dans le 13ème arrondissement de Paris et nous sommes désormais 3 chiropracteurs à y exercer puisqu’une jeune consoeur nous a rejoints. Passionné de sport automobile, j’ai la chance de suivre des pilotes et des écuries depuis 2003.

  • Ce que j’apprécie le plus dans mon métier ?

    La liberté qu’il procure, le choix thérapeutique que je peux faire pour chaque patient.

  • Mon meilleur souvenir professionnel ?

    Il y en a tellement…trop pour en distinguer un seul !

  • Le domaine qui m’intéresse le plus ?

    Les pathologies neurologiques périphériques m’intéressent et j’aime la patientèle gériatrique. Par ailleurs, le suivi des sportifs à travers le monde est une belle expérience humaine, très enrichissante.

  • L’autre pays où j’aimerais exercer ?

    Le Canada, les Etats Unis, l’Espagne, mais je suis bien en France…

  • La qualité la plus importante pour un chiropracteur ?

    Sa main, son écoute, son empathie et bien sûr sa capacité à se remettre en question.

  • Quelle évolution de la chiropraxie vous semble la plus importante ?

    Son intégration dans le système de santé ainsi que sa crédibilité méritée.

  • L’avenir rêvé pour la chiropraxie ?

    Je ne saurais dire … que la profession ne perde pas son essence, que nous puissions rester libres de nos actes dans un partage pluridisciplinaire.

  • Quel chiropracteur serez-vous dans dix ans ?

    Sans doute le même, avec la fierté en plus de pouvoir travailler avec nos 2 enfants, s’ils le souhaitent.

  • Votre devise ?

    Rester authentique et motivé mais aussi : « Ce n’est pas le vent qui décide de ta destination mais l’orientation que tu donnes à ta voile. Le vent est le même pour tous. » – Jim Rohn