L’ACCÈS À LA FORMATION DE CHIROPRACTEUR PAR LA VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE

La formation de chiropracteur est accessible par la Validation des Acquis de l’Expérience.

Pour vous aider, le référentiel métier constitue un document de travail indispensable dans la constitution de votre dossier de demande de Validation des Acquis de l’Expérience, notamment dans le choix des expériences et situations à décrire.

Il rend compte des compétences requises pour exercer le métier de chiropracteur :

  • Recueil des données liées au patient : anamnèse
  • Réalisation d’examens à visée diagnostique
  • Intervention et traitement en chiropraxie
  • Conseil, prévention, éducation du patient en chiropraxie
  • Organisation des activités et gestion des données liées au patient
  • Gestion de la structure d’exercice
  • Veille professionnelle et développement professionnel continu
  • Formation et communication auprès des professionnels et des étudiants
  • Étude et recherche dans le domaine de la chiropraxie

Chaque activité est déclinée en un ensemble de sous-activités. Pour chacune de ces activités sont notamment précisés les savoir-faire et savoirs de référence, dont la maîtrise est exigée pour obtenir le diplôme permettant d’exercer légalement la profession de chiropracteur.

Les compétences requises pour exercer ces fonctions sont déclinées en 9 domaines de compétences.

QU’EST-CE QUE LA VALIDATION DES ACQUIS DE L’EXPÉRIENCE ?

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) est définie dans la loi 2002-73 du 17 janvier 2002 de modernisation sociale et ses décrets d’application :

« Toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience, notamment professionnelle, en vue de l’acquisition d’un diplôme, d’un titre à finalité professionnelle ou d’un certificat de qualification (…) enregistrés dans le répertoire national des certifications professionnelles (…).

« Peuvent être prises en compte, au titre de la validation, l’ensemble des compétences professionnelles acquises dans l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole, en rapport direct avec le contenu du diplôme ou du titre. La durée minimale d’activité requise ne peut être inférieure à trois ans.

« La validation est effectuée par un jury (…) qui peut attribuer la totalité du titre ou diplôme. A défaut, il se prononce (…) sur la nature des connaissances et aptitudes devant faire l’objet d’un contrôle complémentaire.

« Le jury se prononce au vu d’un dossier constitué par le candidat, à l’issue d’un entretien (…).