SE RÉORIENTER EN CHIROPRAXIE APRÈS UNE PACES

Avec un taux de réussite moyen situé autour de 30%, un grand nombre d’étudiants de PACES doivent chaque année renoncer à poursuivre des études en médecine, dentaire, maïeutique ou kinésithérapie. Pour certains d’entre eux, la chiropraxie peut représenter une belle opportunité. En effet, cette profession, spécialisée dans le diagnostic, la prise en charge et la prévention des troubles neuro-musculo-squelettiques, répond à des enjeux de santé importants, or, elle ne compte actuellement que 1400 praticiens en France. Une seule école, l’IFEC, permet de se former à cette profession d’avenir et d’obtenir en 5 ans un diplôme reconnu en France mais aussi à l’étranger. Environ un tiers des étudiants en chiropraxie est passé par une PACES. Les candidats admis à l’IFEC ayant validé leur année de PACES (moyenne supérieure à 10) et validé le stage proposé par l’IFEC en juillet ont la possibilité de démarrer leur cursus de chiropraxie directement en 2ème année. Les autres candidats admis, intègrent l’IFEC en première année et ont la possibilité d’obtenir des dispenses pour les unités d’enseignement validées en PACES. Nous vous livrons quelques témoignages d’étudiants et chiropracteurs diplômés passés par une PACES.

BERTRAND

Quel souvenir gardez-vous de votre PACES ?
J’ai suivi deux PACES et pour moi ce sont deux années de travail et d’apprentissage qui m’ont permis d’apprendre à travailler mais à travailler pour soi et contre les autres et en sachant qu’on peut travailler en groupe mais qu’on réussit seul. Je dois dire quand même que j’y ai appris de nombreuses notions essentielles pour la suite de mon parcours telles que la biochimie, biophysique, anatomie, histologie…

Quelle est la principale différence entre la PACES et l’IFEC en termes d’enseignements et de rythme de travail ?
À l’IFEC, vous apprenez du théorique et vous appliquez une partie en pratique et, ce qui est le plus intéressant, vous apprenez vraiment des choses pour vous et votre métier. À l’école, on peut vraiment répartir son travail selon ses envies et on peut avoir une vie à coté, on travaille pour soi et pas contre les autres.

Et en termes d’ambiance ?
On a vraiment le coté famille à l’IFEC, avec une véritable entraide et on peut vraiment faire des projets étudiants ensemble sans se dire qu’on perd du temps par rapport à notre travail.

Que diriez-vous à un étudiant en PACES qui envisage de postuler à l’IFEC ?
De savoir ce qu’il veut faire, de bien se renseigner sur ce qu’est la chiropraxie et surtout qu’il ait des capacités de travail bien mises en place.

THOMAS

Quel souvenir gardez-vous de votre PACES ?
Beaucoup de travail et de rigueur mais aussi des bons souvenirs. C’était à Grenoble et je travaillais essentiellement dans ma chambre avec un format d’apprentissage sur DVD, dans une autonomie totale.

Quelle est la principale différence entre la PACES et l’IFEC en termes d’enseignements et de rythme de travail ?
Dans la manière d’enseigner à l’IFEC, il y a beaucoup plus de suivi et de contacts avec les enseignants, qui répondent aux mails très facilement mais il y a du coup moins d’exigence en termes d’autonomie et de travail personnel.

Le rythme est très différent entre la PACES et l’IFEC, et pour moi d’autant plus car j’avais validé 3 années de médecine avant d’intégrer l’école. J’avais donc des équivalences à l’IFEC et ainsi moins de travail que les autres.

Quelle est la principale différence entre la PACES et l’IFEC en termes d’ambiance ?
À l’IFEC, on connait toute sa promo très facilement. Comme il n’y a pas de concurrence, cela change les rapports, plus proches des relations connues au lycée qu’à la fac.

Que diriez-vous à un étudiant en PACES qui envisage de postuler à l’IFEC ?
Je l’y engagerais vivement car en terme de contenu c’est assez proche comme en termes de valeurs. En pratique, je pense que la relation au patient est très approfondie en chiropraxie et du coup très satisfaisante.

CÉCILE

Quel souvenir gardez-vous de votre PACES ?
Malgré une année intense, je garde quand même un bon souvenir.

Quelle est la principale différence entre la PACES et l’IFEC en termes d’enseignements et de rythme de travail ?
Je trouve qu’il n’existe pas de grandes différences entre la PACES et l’IFEC. Ce que j’ai appris en PACES, je le revoyais à l’IFEC mais avec moins de détails à connaitre, car en PACES, tout est à connaître par cœur. La différence qu’il pourrait y avoir ce sont les pratiques où nous sommes plus spécifiques par rapport à un cursus classique en médecine.

Le rythme de travail est moins intense par rapport à la PACES, car il n’y a pas le stress du concours en fin d’année. A l’IFEC, ce sont des examens et donc on peut préparer plus sereinement.

Et en termes d’ambiance ?
A l’IFEC, c’est une ambiance plutôt « familiale », car nous sommes moins nombreux et donc plus proches, de plus tout le monde s’entraide. Tandis qu’en PACES, c’est plutôt un esprit de « compétition » à cause du concours.

Que diriez-vous à un étudiant en PACES qui envisage de postuler à l’IFEC ?
S’il souhaite toujours travailler dans le domaine de la santé, qu’il veut soigner les patients d’une manière différente, sans prescription de médicaments et être indépendant, la chiropraxie et l’IFEC sont un bon choix.

QUENTIN

Quel souvenir gardez-vous de votre PACES ?
La PACES n’a pas été une bonne expérience car il faut travailler sans aucune vie étudiante à côté, surtout pour avoir 4 chances sur 5 d’échouer à la fin.

Quelle est la principale différence entre la PACES et l’IFEC en termes d’enseignements et de rythme de travail ?
Les enseignements se ressemblent quand même beaucoup. Seulement à l’IFEC, on prend le temps d’apprendre et de comprendre ce qu’on fait.

Le rythme de travail est très différent. En PACES, les profs font leurs cours, qu’on suive le rythme ou non. À l’école, notre proximité avec les enseignants permet une meilleure communication et de meilleurs échanges par rapport à cela pour adapter les cours.

Et en termes d’ambiance ?
D’un côté vous avez une vraie vie étudiante et de la solidarité à l’IFEC ; de l’autre côté, de l’individualisme et pas de vie en communauté à la fac.

Que diriez-vous à un étudiant en PACES qui envisage de postuler à l’IFEC ?
Fonce ! Une bonne ambiance et une meilleure solidarité. Pas ou peu d’échec car nous sommes accompagnés par tout le monde pendant notre cursus.

OLIVIA

Quel souvenir gardez-vous de votre PACES ?
Je retiens une expérience riche en apprentissage sur le plan intellectuel et en prise de conscience sur mes capacités de travail mais difficile sur le plan psychologique du fait de la compétitivité entre les étudiants. Je ne regrette pourtant pas car la PACES m’a donné une méthode de travail, étant donné le volume de contenus à apprendre. De plus, cela m’a permis d’être plus responsable et d’aborder mes études à l’IFEC avec un peu plus de maturité.

Quelle est la principale différence entre la PACES et l’IFEC en termes d’enseignements et en terme de rythme de travail ?
Les enseignements sont similaires dans le sens où les mêmes matières sont enseignées au cours des premières années à l’IFEC. Bien sûr des matières qui sont propres à la chiropraxie sont en supplément. Cependant, les enseignements sont dispensés de façon bien plus pédagogique et en plus petit comité à l’IFEC. On bénéficie d’une proximité avec le corps enseignant qui rend l’apprentissage plus facile. On gagne en qualité et en quantité car il y a le temps d’approfondir.

À l’IFEC, nous avons un rythme de travail sain qui est en lien avec le niveau académique de l’école. Avec une méthode de travail organisée, cela laisse du temps à soi, contrairement à la PACES.

Et en terme d’ambiance ?
Il y a une bonne ambiance à l’école, car tout le monde travaille vers un diplôme et non un numerus clausus. C’est facilité par des petits effectifs de promotions comparés à la PACES. Plus il y a d’étudiants plus on perd cette ambiance agréable de travail, on s’éloigne les uns des autres, on tisse moins de liens et donc il y a moins d’entraide.

Que diriez-vous à un étudiant en PACES qui envisage de postuler à l’IFEC ?
L’IFEC est une école qui aborde les études de façon humaine, dispense des enseignements de qualité et de haut niveau et forme ses étudiants à être des chiropracteurs consciencieux, épanouis et efficaces. Il faut être curieux, aimer l’humain et se délester de l’esprit de compétition imposé par la PACES pour intégrer l’IFEC.

SOPHIE

Quel souvenir gardez-vous de votre PACES ?
J’en garde un bon souvenir malgré l’échec, je n’ai aucun regret. J’ai fait ma première année de médecine en Suisse et l’ambiance n’était pas du tout la même qu’en France. La quantité de travail est cependant équivalente et cela nous demande une capacité de travail énorme. On se rend compte de ce que l’on est capable d’assimiler. On profite moins de notre vie étudiante.

Quelle est la principale différence entre la PACES et l’IFEC en termes d’enseignements ?
Nous avons de la pratique dès la première année à l’IFEC ce qui permet d’approfondir de suite nos cours théoriques contrairement à la PACES où il n’y en a pas du tout en première année.

En terme de rythme de travail, cela n’a rien à voir ! On travaille pour soi à l’IFEC sans aucun esprit concours, sans pression. Pas besoin de faire autant d’heures de travail qu’en PACES. On peut profiter de nos soirées et de nos week-ends.

Et en terme d’ambiance ?
L’ambiance en Suisse est vraiment agréable malgré l’esprit concours qui persiste quand même. Difficile pour moi de juger par rapport à la France. Les redoublants m’aidaient à travailler mes cours, un système de filiation était mis en place. Aucun bruit dans les amphis pendant que le prof donnait son cours. Nous ne connaissions pas notre classement. À l’IFEC, il y a un esprit famille qui existe, et beaucoup plus de discussions avec les enseignants.

Que diriez-vous à un étudiant en PACES qui envisage de postuler à l’IFEC ?
De ne pas choisir cette profession par défaut parce qu’on a raté médecine, car cela ne ressemble pas du tout au métier de médecin. Ne pas hésiter à consulter un chiro, à discuter avec eux pour se rendre compte concrètement de la pratique chiro. Et se dire que tout arrive pour une raison !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on email