Questions / Réponses

FAQ Candidats IFEC : quelques réponses aux questions fréquentes que vous nous posez…

Chiropraxie et ostéopathie, quelles différences ?

  • Contrairement à l’ostéopathie, la chiropraxie est la thérapie manuelle spécialiste du système neuro-musculo-squelettique, du rachis et de l’appareil locomoteur. 
  • La chiropraxie est une profession autonome à fortes responsabilités. En effet, ils sont autorisés à effectuer tous types de mobilisations et de manipulations à vecteurs de force. Ils sont entre autres les seuls praticiens, non-médecins, à avoir le droit d’effectuer des manipulations cervicales, avec vecteur de force, sans certificat médical de non contre-indication.
  • Les chiropracteurs étant formés dans la seule école de France, la profession propose donc un niveau homogène et reconnu en Europe et dans le monde.
  • La formation en chiropraxie se distingue également par les opportunités offertes aux étudiants d’acquérir des compétences complémentaires et spécifiques dans le cadre de Masters universitaires ainsi que de poursuivre des recherches en doctorat, financées par l’IFEC et destinées notamment à établir les preuves de l’efficacité des traitements chiropratiques en France.

En savoir plus sur les différences entre Chiropraxie et Ostéopathie.

Est-ce que le chiropracteur est un masseur ?

  • Le chiropracteur fait bien plus que cela ! En premier lieu il pose un diagnostic dans son domaine de compétence. Il utilise ensuite des outils thérapeutiques pour le traitement et la prévention : la chiropraxie est une profession paramédicale et une thérapie manuelle conservatrice (sans intervention chirurgicale) et non médicamenteuse. Le traitement repose principalement sur des actes de manipulation de la colonne vertébrale et de mobilisation des articulations accompagnés ou non d’exercices adaptés aux besoins du patient.

Quelles sont les différences avec les kinésithérapeutes ?

Contrairement au chiropracteur, le kinésithérapeute ne fait pas de manipulation vertébrale. De plus, les actes de kinésithérapie sont prescrits par un médecin alors que la chiropraxie est une thérapie dite de “première intention”, c’est-à-dire que chacun peut s’adresser à un chiropracteur sans demander de prescription.

La chiropraxie fait craquer les os ? Est-ce douloureux ?

Au cours d’une séance de traitement chiropratique, le craquement peut, ou non, se produire lors de manipulations articulaires. Même s’il peut être impressionnant, ce craquement n’est pas douloureux ni dangereux. Il provient d’un changement soudain des pressions à l’intérieur des articulations, ce qui produit ce phénomène dit de « cavitation ».

Quelles sont les conditions d’exercice du métier de chiropracteur ?

La chiropraxie en France est une profession libérale. La très grande majorité des chiropracteurs créent leur cabinet, ou s’associent à d’autres chiropracteurs, ou sont collaborateurs pendant quelques années. Se développent aussi et de plus en plus des maisons de santé avec plusieurs professions médicales ou paramédicales au même endroit. Dans son cursus, l’IFEC a inclus un programme d’aide à l’installation sur tous les aspects importants (gestion, droit, communication…).

       

Pourquoi la chiropraxie n’est-elle pas connue en France ?

La chiropraxie est née aux USA au 19ème siècle mais les précurseurs ne l’ont importée en France que dans les années 1950. Aujourd’hui, il n’y a que 1 000 chiropracteurs en France (pour 27 000 ostéopathes, 86 000 kinésithérapeutes et 58 000 médecins généralistes), ce qui explique qu’elle ne soit pas encore très connue. De plus, il n’existe qu’une seule école de chiropraxie en France, pour une trentaine d’écoles d’ostéo.

Est-ce que la chiropraxie est reconnue aujourd’hui en France ?

La chiropraxie est aujourd’hui reconnue en France, les chiropracteurs sont inscrits à l’ARS (Agence Régionale de Santé) et le diplôme de chiropracteur est reconnu par le ministère de la Santé. La HAS (haute Autorité de Santé) a  validé des fiches mémos d’exercice du métier, créées avec des chiropracteurs.

Les traitements chiropratiques sont-ils remboursés ?

 Plus de 400 mutuelles prennent en charge les séances de chiropraxie, de manière variable selon la mutuelle et le contrat. Les soins chiropratiques ne sont pas pris en charge par la Sécurité Sociale.

Le diplôme délivré par l’IFEC est-il reconnu par l’État ?

Le diplôme délivré par l’IFEC est le seul diplôme permettant d’exercer le métier de chiropracteur sur le territoire français. Il est agréé par le Ministère de la Santé et reconnu RNCP niveau 1, soit niveau Master.

Le diplôme délivré par l’IFEC est-il reconnu à l’étranger ?

Le diplôme IFEC est également accrédité par une agence internationale : ECCE, European Council on Chiropractic Education. Avec le diplôme de l’IFEC, de nombreux chiropracteurs s’installent à l’étranger, selon les réglementations en vigueur dans chaque pays. Afin d’aider ses étudiants, l’IFEC organise par exemple, au sein de ses locaux, les 3 premières étapes (sur 4) du National Board, nécessaire pour pratiquer aux USA.

Est-ce une formation à plein temps ?

La formation est à plein temps, sur 5 ans, avec 5 000 heures de cours soit 300 crédits ECTS, 85 unités d’enseignement réparties dans 9 domaines.

Quelles sont les matières principales ?

Les principales connaissances à acquérir sont l’anatomie, l’imagerie, la sémiologie médicale (pathologies), l’examen du patient, les apprentissages des techniques chiropratiques manuelles, les sciences humaines, la recherche et la pratique clinique.

Combien coûte la formation ?

  • Elle coûte 9800 € par an, sur 5 ans.
  • Ce coût s’explique par le nombre et la qualité des enseignements dispensés et par les équipements nécessaires : l’IFEC dispose de 170 tables de soins dont le coût unitaire varie de 2 000 € à 50 000 € pour une table à capteur de force.
  • L’école met aussi à la disposition de ses étudiants 2 Centres Cliniques pour leur usage exclusif, avec 53 salles de consultation (50 000 consultations par an) et les locaux occupent plus de 8 000 mètres carrés entre Ivry et Toulouse.
  • Enfin, l’école est une association soumise à loi de 1901, à but non lucratif et sans aucune subvention. L’IFEC vit et se développe uniquement grâce aux frais de scolarité versés par les étudiants. Leur montant est par ailleurs semblable au coût évalué de l’enseignement supérieur public, soit 10 000 € par an et par étudiant.

Y a-t-il des bourses ?

 Pour le moment, l’IFEC n’est pas éligible aux bourses de l’enseignement supérieur.

De très nombreux étudiants souscrivent (eux ou leurs parents) des emprunts.

L’IFEC a conclu en 2017 avec sa banque, la Société Générale, un accord pour proposer aux étudiants qui en ont besoin des prêts à des tarifs préférentiels (0.90%).

Est-ce qu’on peut travailler en même temps ?

Les premières années, jusqu’en 4ème année, le cursus est très exigeant en termes d’horaires. Pour autant, de nombreux étudiants travaillent à temps partiel dans des domaines très divers : restauration, grandes surfaces, gardes d’enfants….

Est-ce qu’il y a des facilités de paiement ?

Les frais de scolarité annuels sont réglables en une, deux fois ou 10 fois, sans frais.

Est-ce qu’il y a des échanges à l’étranger ? Est-ce qu’on peut aller faire une année d’études dans un autre collège chiropratique ?

Les collèges chiropratiques ont tous des cursus indépendants qui ne permettent pas de systèmes d’échanges en cours de scolarité, à niveau équivalent. Pour autant, certains échanges se pratiquent, durant la période estivale, notamment avec le Québec et l’UQTR (Université du Québec Trois Rivières), partenaire de longue date de l’IFEC.

À partir de quand les étudiants traitent-ils des patients ?

Les étudiants entrent en clinique en fin de 4ème année lorsqu’ils ont obtenu tous les examens nécessaires. Ils commencent alors par traiter des patients qu’ils connaissent (famille, amis, autres étudiants) puis traitent ensuite, toujours avec l’encadrement de chiropracteurs cliniciens diplômés, des patients qu’ils ne connaissent pas, avec un nombre exigé de 300 visites pour l’obtention du diplôme.

Quelles sont les conditions d’admission ?

Pour postuler à l’IFEC, il faut au minimum être titulaire du baccalauréat, au moment de la rentrée scolaire.

Les bacs et formations scientifiques (PACES, L1 Bio) sont logiquement avantagés par rapport aux exigences du cursus MAIS d’autres profils peuvent être acceptés, en fonction de leur réussite au processus d’admissibilité qui prend en considération 3 points : le cursus scolaire (qualité et régularité du travail), les résultats aux tests passés lors de la Journée d’Admissibilité et ceux de l’entretien avec un jury qui a lieu lors de cette même journée. L’exercice du métier de chiropracteur nécessitant des qualités spécifiques, ce sont les aptitudes des postulants dans ces domaines qui sont prises en compte.

Y-a-t-il des cas particuliers ?

Entrée directe au second semestre 2017-2018 / février 2018*

  • Pour les étudiants ayant validé une PACES (moyenne générale égale ou supérieure à 10), quelle que soit la spécialité choisie ;
  • Pour les étudiants en cours de PACES qui disposent d’au moins 50% des crédits ECTS et/ou sur étude du dossier.

*certains UE spécifiques du cursus chiropratique feront l’objet d’un examen en juillet 2018 (session de rattrapage)

Entrée directe en deuxième année à la rentrée 2018-2019

  • Pour les étudiants ayant validé une PACES (moyenne générale égale ou supérieure à 10), quelle que soit la spécialité choisie ;
  • Un stage obligatoire de 4 semaines sera organisé en juillet 2018 afin de valider les UE spécifiques au cursus chiropratique.

Professionnels de santé

  • Des dispenses et/ou passerelles sont accordées aux professionnels de santé, en fonction du diplôme obtenu. (détails sur demande par mail : contact@ifec.net)

Y-a-t-il un processus de sélection ?

Après examen du dossier, chaque candidat retenu reçoit par mail une invitation à s’inscrire à une Journée d’Admissibilité qui comporte :

  • Accueil et présentation
  • Tests
  • Suivi de consultation au Centre Clinique de l’IFEC
  • Entretien individuel